• Joachim Beauvilain

Dormir avec des Jaguars au parc animalier « Parrot World ».

Dernière mise à jour : 30 mars


Jaguar au Parrot World

Depuis longtemps, avec la plus jeune de mes filles, nous caressions le rêve de dormir avec des félins. Je cultive personnellement une passion pour la photo - ça tu le sais déjà -, j'éprouve aussi un grand plaisir à m'immerger dans la nature pour photographier les animaux, mais j'aime aussi les contempler dans les parcs animaliers, dès lors qu'ils y sont traités dans d'excellentes conditions. En ce mois de février, je me mets à chercher une nuit avec des félins sur internet pour les vacances de février. Evidemment, bien trop tard, tant la demande est forte pour ces parcs magnifiques qui proposent ce type de séjour dans de nombreuses régions de France. A force de chercher, je tombe sur un parc animalier que je n'avais pas encore visité : le Parrot World, un parc dédié à la faune sud-américaine, ce qui change un peu de tous les parcs très généralistes que je connais. Et, chance incroyable, il se situe en Seine-et-Marne, à Crécy-La-Chapelle, et il reste un lodge pour une nuit avec des jaguars. Génial ! C'est parti !

Jaguar au Parrot World

Pour un prix tout de même très compétitif au regard des autres parcs qui offrent la même possibilité (je n'ai pas dit que ce n'était pas cher, mais l'immersion est à ce prix), notre billet comprend la visite du parc sur deux jours, la nuit avec les jaguars dans un superbe lodge très confortable au style très brésilien, un dîner dans l'excellent restaurant qui jouxte le golf qui fait partie du même domaine, un petit-déjeuner tout aussi succulent, et, cerise sur le gâteau, une visite exclusive avec un soigneur le lendemain matin avant l'ouverture du parc au public. Et bien d'autres surprises... Trop top !

Jaguar au Parrot World

Après la visite du parc, nous avons hâte, avec ma fille, de rejoindre dès 16h notre lodge avec vue sur les jaguars. Coup de chance, nous avons, sans le savoir, opté pour le lodge préféré de notre couple de jaguars (celui le plus proche de la clôture extérieure du parc, ne le dis à personne). Très vite, ils nous rendent visite et nous pouvons les admirer.

Jaguar au Parrot World

Détendus, loin du public du parc, ils nous offrent leur vie quotidienne, faite de jeux, de simulations de chasse, de relations parfois tumultueuses et affectueuses, et... de siestes.

Jaguar au Parrot World

Nous pourrons ainsi les observer de la fin de l'après-midi jusqu'à la tombée de la nuit, mais surtout le matin, au petit jour. Une simple vitre très épaisse nous sépare d'eux, c'est à la fois angoissant et rassurant, mais surtout immersif. Nous avons dormi comme des bébés, bercés par leurs doux ronronnements.

Jaguar au Parrot World

Côté matériel photo, évidemment, il faut sortir ici l'artillerie lourde pour prendre de beaux clichés. J'ai donc opté pour mon habituel compagnon, le Nikon D850, et son fidèle acolyte pour mes sorties animalières, le télé-objectif Tampon SP 150-600 mm Di VC USD G2. Ce dernier n'est pas exempt de défaut, mais je l'ai choisi à la fois pour sa grande stabilité optique au regard du niveau de définition de mon Nikon, qui est, sur ce plan, une voiture de course, mais aussi parce que je ne souhaite pas et ne peux pas mettre 10 000€ dans un matériel de ce type, pour un gain que seuls de très grands professionnels du reportage animalier ou de la photographie sportive sauront exploiter.

Loutre géante du Brésil au Parrot World

J'ai adoré les jaguars, mais je dois reconnaître que j'ai eu un vrai coup de coeur pour les loutres du Brésil. Mais attention, un soigneur m'a bien fait comprendre que c'est un animal très agressif, opportuniste et qui dévore tout ce qu'il peut.

Loutre géante du Brésil au Parrot World

D'ailleurs, on se rend compte de leur côté moins sympathique lorsqu'elles se mettent à crier pour réclamer de la nourriture, elles laissent alors entrevoir leurs jolies petites dents.

Perroquet ara chloroptère au Parrot World

Eh oui, les perroquets ! Le Parrot World est avant tout le paradis de ces gentils oiseaux très intelligents qui évoluent en liberté dans l'une des plus grandes volières de France. Le parc animalier a d'ailleurs était construit pour eux dans un premier temps. J'étais en train de prendre des clichés des oiseaux dans le parc en fin de journée quand un inconnu m'a abordé, j'ai vite compris que j'avais la chance inouïe de parler au fondateur de ce superbe endroit : Eric Vignot. Quel plaisir de discuter avec lui de sa passion de toujours pour les perroquets et pour les animaux en général, et surtout quel incroyable challenge entrepreneurial que de se lancer dans une telle aventure après avoir rencontré un si grand succès dans l'industrie pharmaceutique! Eric a pris le temps de nous expliquer, à ma fille et moi, la façon dont il a conçu son parc et sa philosophie (faire simultanément du bien aux animaux et aux êtres humains dans un même lieu), mais aussi de nous faire visiter des endroits que le public ne peut pas voir. Bref une autre immersion dans ce séjour déjà bien immersif. Merci Eric !

Perroquet ara de Buffon au Parrot World
Perroquet amazone à épaulettes jaunes au Parrot World

Je crois n'avoir jamais vu nulle part une telle variété d'espèces de perroquets.

Perroquet amazone de Cuba au Parrot World

Au cours de ma vie j'ai visité de très nombreux parcs animaliers dans de nombreux pays, et je n'ai jamais observé chez autant d'animaux une telle sérénité : j'oserais même dire que je les ai sentis heureux, même si je sais qu'ils le seraient sans doute plus en totale liberté. Néanmoins, Eric Vignot et les soigneurs me l'ont bien expliqué, les animaux qui résident ici ont été récupérés parfois chez des particuliers qui ne savaient pas s'en occuper ou sont souvent en voie de disparition très rapide : une véritable organisation de coopération entre les différents parcs animaliers d'Europe a été mise en place pour contribuer à leur sauvegarde et à leur reproduction en captivité, afin que l'on puisse toujours en côtoyer dans les années à venir. Notre monde est ainsi fait pour de nombreux animaux : vivre libre ou survivre...

Perroquet ara bleu au Parrot World

Les espèces se côtoient en permanence afin de veiller à leur occupation constante, c'est a priori bon pour leur santé mentale.

Perroquet ara bleu au Parrot World

Evidemment il n'y pas que les perroquets, les oiseaux de toutes espèces et sous-espèces sont ici les rois : ibis, flamants roses, spatules, hérons, bihoreaux, canards, manchots, kamichis, sarcelles...

Ibis à face noire au Parrot World

Sarcelle bariolée au Parrot World

flamant rose du Chili et flamant rose des Caraïbes au Parrot World

manchot de Humboldt au Parrot World

Et quel plaisir de pouvoir les photographier dans des postures dignes de danseuses étoiles en plein ballet aérien.

Ibis rouge au Parrot World

Bihoreau gris au Parrot World

héron garde-boeufs au Parrot World

Et le clou du spectacle : ce majestueux urubu à tête rouge qui accepte de m'offrir une magnifique parade, toutes ailes déployées, au petit matin.

urubu à tête rouge au Parrot World

Le lendemain de cette nuit avec les jaguars, nous avons donc pu bénéficier d'une petite visite privée du parc, avant son ouverture au public, accompagnés par un soigneur, qui nous a expliqué son métier et nous a appris de très nombreux secrets de la vie des animaux dans ce parc animalier, décidément bien différent des autres.

coati roux au Parrot World

Cela a été l'occasion d'observer tranquillement ces petits coatis roux se mouvoir en famille et de redécouvrir un parc désert et calme sous un autre angle de vue.


En bref, une expérience que je te conseille, en dormant avec les jaguars ou non. D'ailleurs de nombreux lodges existent avec d'autres options pour observer d'autres animaux. Eric Vignot et son équipe ont d'ailleurs de nombreux projets d'extension et de développement d'activités pédagogiques pour le futur de ce parc qui mérite vraiment le détour. Alors, bon futur séjour à toi !


« La photo c'est la chasse, c'est l'instinct de chasse sans l'envie de tuer. C'est la chasse des anges. On traque, on vise, on tire, et clac au lieu d'un mort on fait un éternel ». Chris Marker

-Revenir au début de l'article-